Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Femmes  - @AurelieCM

Femmes – Aurélie Châteaux-Martin

Broché : 461 pages

Edition : Independent Publishing (22 décembre 2018)

 

 

L’auteur :

Écrire est sa passion, et bien plus encore... C'est pour elle un moyen de partager mon monde, de poser sur papier les histoires de ces personnages qui lui apparaissent au fil de ses rêves, le long du fleuve de ses pensées, et l'appellent, jusqu'à ce qu'elle accepte de les faire naître du bout de sa plume.
 

 

L’histoire :

Kevin était l’homme dans tout ce que la masculinité avait de plus viril, de plus glorieux, de plus vigoureux. De plus macho, également. À dix-sept ans, il était capitaine de l’équipe de rugby de son lycée, et avait fait remporter deux fois à celle-ci les championnats de France d’UNSS . C’était un battant. C’était un chef né. C’était un pur dominant. Sa personnalité semblait faite de fer forgé. Il était l’exemple même du jeune homme volontaire qui ne renonce devant rien, et il avait tout du parfait leadeur.

Mais Kevin a un secret. Ou plutôt trois. Il est gay, mais personne ne le sait. Il est amoureux de l'un de ses camarade de classe, James, qu'il est pourtant le premier à harceler et injurier. Et surtout, surtout... il a toujours rêvé de se grimer en femme. Pas pour devenir femme, non. Simplement parce qu'il meurt d'envie de pénétrer dans cet univers de douceur et de froufrous, de se travestir, d'oublier un instant la brute virile et macho qu'il est obligé de montrer au monde...

 

 

La structure du récit :

Le récit débute à la rentrée scolaire 2017 puis de janvier à avril. L’épilogue se passe douze ans après le dernier chapitre.

 

 

Le sujet du livre :

Quand nous entrons dans la vie de Kévin, nous prenons une claque car il est maître du groupe qui tyrannise le nouvel élève : James. En effet, celui-ci est homosexuel et assumé, qui n’est pas au goût de certains élèves masculins. Malgré que cette histoire se déroule de nos jours et dans une grande ville, cela n’empêche pas les points de vue nauséabonds d’exister, malheureusement. Heureusement qu’une bulle de bienveillance ne soit pas loin.

 

 

Les thèmes :

  • Homosexualité,
  • Homophobie,
  • Harcèlement,
  • Rugby,
  • Amitiés,
  • Amours,
  • Acceptation de soi et acceptation de l’autre dans sa « différence ».

 

 

Les personnages principaux :

Kévin : dix-sept ans, capitaine de l’équipe de rugby de son lycée et élève en terminale ES. C’est un battant et un chef né. Un jeune volontaire qui ne renonce jamais et c’est un parfait leader. Une silhouette musculeuse et tellement séduisante. Toutes les filles se pâment à ses pieds. Cheveux courts, de beaux yeux gris foncé. C’est un caïd viril et sûr de lui mais il faut toujours se méfier des apparences. Il préfère passer pour un gros con cruel et intolérant plutôt que subir certains regards.

James : dix-neuf ans et étudiant anglais Erasmus. Il passe un an en France et dans la classe de Kévin pour perfectionner son français. Cheveux roux un peu long et des yeux verts en amande. Il est aussi mignon que frêle et mince. Les filles l’adorent avec son air un peu sensible et ses manières graciles et un peu efféminées. Par contre, cela apporte des lots de brimades et de moqueries de la part de ses camarades masculins. Il est d’une résilience impressionnante face à ses harceleurs.

Pierre, Axel et Dorian : bande de potes de Kévin depuis la maternelle. Ils ont fait les quatre cent coups ensemble. Au fil de l’histoire, nous voyons qui peut être classer dans les chics types et ceux à classer dans les déchets humains.

 

 

Le décor :

Il se situe en France et, plus précisément, dans le sud de la France, aux environs de Toulouse. En même temps, comme un des sujets est le rugby, cela n’est pas étonnant car les clubs français du TOP 14 sont principalement dans des villes du sud-ouest et du sud-est. Donc, Toulouse est un choix de décor (presque) évident.

 

 

La tonalité et l’atmosphère :

Une atmosphère lourde et pesante. En effet, malgré que l’on soit dans une époque dite « évoluée » et soi-disant « ouverte », l’homophobie est bien présente et tenace. Aucune différence n’est acceptée puisqu’elle ne fait pas partie de la « norme » imposée par la société. Certes, il y a des personnages secondaires et figurants qui sont tolérants en acceptant sans problèmes les soi-disant différences (quelle qu’elles soient). Les différences entre humains peuvent être considérées comme quelque chose à protéger car elles permettent de comprendre l’autre dans son intégralité. Et pour les personnages intolérants, j’avais envie de les tarter, en rapport avec leurs conneries profondes.

 

 

Le style :

Le style montre une facette de l’homophobie et du harcèlement que peuvent subir les victimes de ces abus, sans que ce soit anxiogène. En effet, pour les victimes, j’imagine que cela peut l’être mais ici, c’est raconté de façon sensible à ce que le lecteur comprenne ce que peuvent vivent les harcelés.  

L’écriture est fluide au profit d’une histoire poignante.

Les personnages possèdent tous ce petit quelque chose qui font régir, d’une façon ou d’une autre, le lecteur.

L’histoire est posée d’une manière dont on ne peut se défaire pour la suivre jusqu’à la fin.

L’ensemble est donc prenant à certains passages et dérangeante dans le harcèlement (physique et moral). Cela nous amène à nous poser des questions, comme par exemple : comment concilier homosexualité et rugby dans une société intolérante et dans une famille homophobe ? comment passer à travers des idées reçues et du jugement dégradant d’une partie de la société intolérante ?

 

 

Avis personnel :

Un roman modeste dans sa façon d’être mais qui a tout d’un grand. C’est un roman qui mérite d’être lus par un grand de lecteur.

Dans son ensemble, j’ai apprécié de le lire mais le seul « point noir » me concernant, c’est les nombreuses scènes intimes. En effet, comme je l’ai dit à l’auteure, je comprends que certaines de ces scènes soient nécessaires à cette histoire et ne sont pas là par hasard. Mais ils y en avaient un peu trop gout. Pour ce « petit soucis », peu importe que la romance soit hétéro, homo ou autre (car je ne vois que deux personnes qui s’aiment), je ne suis pas adepte de lire trop de ces scènes (peut-être est-ce pour ça que je suis frileuse de lire tous types de romances ?!). Mais cela n’a pas, malgré tout, gâché a lecture.

 

Je recommande fortement.

Tag(s) : #Amitié, #Amour, #AutoEdition, #Contemporain, #Famille, #Lecture, #Livre, #Romance
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :