Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le jour où mon pénis est tombé – David Duranteau

Le jour où mon pénis est tombé – David Duranteau

Nombre de pages :  206

Edition : 23 juin 2018

 

 

L’auteur :

Tout petit déjà, il racontait à qui croisait son chemin des histoires fausses très inspirées de la réalité pour pimenter l'existence. Malgré de nombreux dommages collatéraux, il n'a aucune intention d'arrêter...

 

 

L’histoire :

Je m’appelle Fabrice Carmen, j’ai 43 ans, je suis le présentateur vedette de la matinale d’une grande radio française. J’ai du fric, je suis connu, les meufs m’adorent, je suis le mec que tout le monde rêve d’être…Sauf que récemment les petits désagréments s’accumulent… Mon pénis, par exemple… Il est tombé, un matin, sous la douche… Ça fait un choc de le voir à côté de la savonnette… Et cette nouvelle animatrice à la radio qui ne porte jamais de culotte, c’est la fille d’un cinéaste connu, je crois qu’elle essaie de me piquer ma place… Et comme une apothéose, à l’instant où je vous parle, une femme est allongée sur mon canapé hors de prix, une coupe de champagne plantée dans la gorge… Je m’allumerais bien une clope, moi…

 

 

La structure du récit :

Le récit se déroule sur plusieurs semaines.

 

 

Le sujet du livre :

Une star de la radio (depuis de nombreuses années), à l’ego tellement surdimensionné (que même l’univers a du mal à contenir) perd, du jour au lendemain, sa virilité. Chose étonnante, au vu de comment il l’a perdu. S’en suit des questions et d’éventuels doutes sur la suite de sa vie sexuelle. En gros, nous suivons un gars pas franchement recommandable auprès de la gente féminine.

 

 

Les thèmes :

  • Perte,
  • Monde de la radio,
  • Mensonges
  • Manipulations,
  • Egocentrisme.

 

 

Les personnages principaux :

Fabrice : locataire à Paros et propriétaire au Cap Ferret d’une cabane de 325m², loi carrez. Quarante-trois ans. Il drague tout ce qui bouge (et ayant un vagin). Star de la radio et anime la matinale. Une sacrée confiance en lui. Il gagne 25000€ par mois, onze semaines de congés payés, les trajets en taxi gratuits, plus quelques à-côtés non négligeables. Mégalomaniaque, autoritaire, autocentré et pervers narcissique.

Monica : voisine parisienne. Une gothique sexy, un corps musclé, une bonne situation (attachée parlementaire d’un député). Fabrice profite qu’elle ait des mœurs semblables aux siennes pour tirer ses coups.

Hélène Foucaud : chirurgien-urgentiste. Célibataire brune aux yeux marrons.

 

 

Le décor :

Il prend ses quartiers entre Paris (résidence principale en location) et le Cap Ferret (résidence secondaire et propriétaire).

 

 

La tonalité et l’atmosphère :

Une atmosphère où il y a des jours comme ça, qui vous changent une vie. Ces jours où quelque chose bascule et rien ne sera plus jamais comme avant. Fabrice a vécu deux évènements de ce type-là, la même année. Le premier, un vulgaire lundi de la fin août 2013. L’autre, c’est en novembre de la même année. Le premier évènement est la perte de son service trois pièces. L’autre, à cous de le découvrir. Elle tombe un trop dans la caricature forcée.

 

 

Le style :

Le sujet abordé est intéressant et le personnage principal a de quoi énerver, de prime.

L’histoire n’est pas racontée que par Fabrice, le personnage principal mais aussi par les secondaires. Les personnages se suivent dans la narration sans prévenir et a de quoi déstabilisé le lecteur. Elle passe souvent du coq à l’âne, chose dont je ne suis pas fan car je ne trouve pas la logique dans l’enchaînement de ce roman (j’imagine qu’il y en a une, que je n’ai pas décodée).  

Le personnage principal est facilement détestable car tellement imbu de sa personne, enchaine les filles dans son lit pour les dégager aussi sec une fois son affaire pliée, se prenant pour le roi du monde avec les gens à ses pieds, et j’en passe. J’imagine que l’auteur a voulu en faire une caricature mais j’ai l’impression qu’il est tombé un peu trop dans l’excès.

L’histoire, de base, interpelle mais elle aurait pu m’intéresser en étant écrite différemment.

Un ton léger et humoristique est promis mais je n’ai rien vu de tel s’y dégager. Pour le coup, je n’ai pas senti mes zygomatiques se soulever d’un iota. Je recherche toujours les pointes d’ironie.

 

Avis personnel :

Un roman me laissant un avis mitigé. L’idée de base est bonne mais pour le reste, je reste dubitative. Malheureusement, il n’y avait pas grand-chose pour me faire apprécier ce livre.

 

Faites-vous votre propre avis et n’hésitez pas à m’en parler dès que vous l’aurez fini.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :