Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’été d’un chien – Cassandra Bouclé

L’été d’un chien – Cassandra Bouclé

Nombre de pages :  97

Edition : Bookless - éditions (3 janvier 2016)

 

 

L’auteur :

Elle doit sa brûlante passion pour l'écriture, à deux personnes : à sa mère, une amoureuse des livres, ainsi qu'à un professeur l'ayant encouragée dans cette voie.

Cassandra écrit des petites nouvelles depuis l'âge de 9 ans, mais elle a véritablement commencé à créer des romans vers 13 ans.

L'auteur qui l'inspire encore aujourd'hui est Stephen King, ainsi que K. A. Applegate, le créateur de la série "Animorphs" qu'elle a dévorée durant son adolescence.

Elle est titulaire dans B.T.S. Gestion et protection de la nature. De plus, elle travaille en collaboration avec une association de sauvegarde des animaux sauvages de la région Centre.

Bien sûr, sa passion ne s'arrête pas là. Elle adore également tout ce qui touche à l'art, comme le dessin, la peinture, ou encore la photographie. Son objectif est de pouvoir toucher à toutes les formes d'arts existants au monde.

 

 

L’histoire :

Filou, un berger-allemand de deux ans, est abandonné au pied d'un arbre par ses maîtres.

Il reste ainsi durant plusieurs jours, en plein soleil, mourant de faim et de soif. Il finit par tenter de se libérer en rongeant sa laisse, alors qu'une femme le recueille et le dépose dans une fourrière, seul, triste, croyant toujours que ses maîtres vont venir le chercher.

Filou attend longuement et sagement dans sa cellule. Il croisera quelques-uns de ses congénères qui ont subi le même sort, qui l'aideront à renaître et à retrouver la joie.

Une histoire magnifique dans laquelle Cassandra nous oblige à nous glisser dans la peau d'un animal de compagnie, bien déçu par l'attitude de certains humains. Après cette lecture, vous ne regarderez plus votre chien ou votre chat du même œil...

Un texte très bien écrit et qui ravira les enfants, dès 9 ans.

 

 

La structure du récit :

Le récit se déroule sur plusieurs semaines, du point de vue d’un chien, nouvellement abandonné.

 

 

Le sujet du livre :

Nous suivons Filou, jeune chien de deux ans, venant tout juste d’être attaché à un arbre et donc abandonné par des lâches. Il ne comprend pas pourquoi il se retrouve seul, à cet arbre, et se demande si ses maitres ne se sont pas perdus en chemin. Puis le lecteur le voit être dirigé en fourrière. Quel sera sa vie ?! Futur adoptable ou futur euthanasié ?!

 

 

Les thèmes :

  • Chien,
  • Abandon,
  • Forêt,
  • Fourrière,
  • Euthanasie,
  • Adoption,
  • Tristesse.

 

 

Les personnages principaux :

Filou : berger allemand de deux ans. Abandonné par ses maîtres en étant attaché à un arbre, sans eau et sans nourriture. Au bout de quelques heures, une dame d’un certain âge le libérera pour l’emmener à la fourrière. Il se demande pourquoi il a été abandonné et ce qu’il a pu faire pour l’être. Alban lui apprend qu’il y a des « journées portes ouvertes » pour que les visiteurs viennent les voir pour une éventuelle adoption. Fera-t-il partie des chanceux ou la balance penchera pour celle des malchanceux ?!

Alban : chien de neuf ans et cela fait déjà quelques mois qu’il se trouve dans cette fourrière. Après une première adoption alors qu’il n’était qu’un jeune chiot puis abandonné (devenu « vieux ») et ré adopté pour se refaire abandonné (malade), il est devenu dépité et attend son heure pour mourir. Il sait qu’au fond du couloir, des animaux entre sur leurs pattes, vivants et en ressortent dans un sac mortuaire. Filou sera pour lui un moment de bonheur avant la fin.

Lou : chaton de tout juste deux mois. Il sera balancé, par un employé mauvais, dans la cage de Filou. Ce dernier fera tout son possible pour le protéger du malheur ambiant. Parviendra-t-il à grandir ou mourra-t-il jeune ?!

 

 

Le décor :

Il se situe dans une fourrière lambda, dans n’importe quelle ville en ayant une. Nous pouvons y ressentir de la peur, de la tristesse, du malheur, l’abandon, l’incompréhension et tout un tas de sentiments équivalents.

 

 

La tonalité et l’atmosphère :

Une atmosphère pesante où le lecteur se retrouve parachuter à côté d’animaux abandonnés et arrivés dans une fourrière. Nous suivons Filou à partir de son abandon jusqu’à sa vie à la fourrière. Chaque chapitre (sept) possède son titre et le dernier en a un très évocateur. Plus je me suis approchée de ce fameux chapitre, plus j’avais la gorge nouée, les yeux bouffis par un torrent de larmes ne voulant que sortir et rouler sur mes joues et mon palpitant cognant trop rapidement. Il est vrai que j’ai une forte empathie pour les animaux et une sensibilité à fleur de peau allant de pair. Je ne comprendrais jamais pourquoi certains (beaucoup) de soi-disant humains les abandonnent et / ou les maltraitent. Les humains n’ont pas le monopole des émotions et de l’intelligence. Quand ils sont battus ou abandonnés, eux aussi se retrouvent en pleine détresse.

 

 

Le style :

C’est une première fois avec l’auteure et elle a fait mouche, en plein cœur.

Montrer cette histoire, notamment du point de vue d’un chien est très pertinent et elle est très bien construite. Se retrouver à côté de Filou et de suivre les jours à ses côtés est un moyen de comprendre ses ressentis.

Je ne vous cache pas qu’avec la fin, beaucoup de larmes se sont déversées sur mes joues. J’ai eu du mal à m’en remettre. Pour quelle raison (bonne ou mauvaise) ?! Je vous laisse le découvrir.

L’ensemble permet de se positionner dans l’esprit d’un chien et de supposer quelle vision il peut avoir lors de ce moment tragique qu’est l’abandon et la connaissance de la fourrière.

 

 

Avis personnel :

Un roman court qui m’a pris aux tripes et en plein cœur. Même en écrivant cette chronique, les larmes se sont pointées, sans prévenir. Mais c’était prévisible.

Il m’a renvoyé un peu à l’histoire de ma belle princesse Funky, bouledogue anglais. Je la considère comme ma fille poilue, n’en déplaise à certains. Cela vous « défrise » ?! Je m’en cogne, comme de ma première couche culotte. Et votre avis, vous pouvez vous le mettre où je pense. Si je choque des personnes bienveillantes, vous m’en voyez navrée.

Pour revenir à ma belle, elle est née en Belgique. A peine sevrée, qu’elle fut adoptée en région parisienne pour qu’elle puisse porter des petits. A peine mis bas, qu’elle fut séparée de ses petits et envoyée dans le Finistère (29 – Bretagne). N’ayant plus ses petits pour prendre son lait, ses mamelles se sont infectées. A peine soignée, qu’elle fut envoyée dans les Côtes-d’Armor (22 – Bretagne). Elle n’a pas pu s’intégrer dans cette nouvelle maison, trop petite, sans jardins et déjà beaucoup d’animaux à demeure. Un jour, mon conjoint a vu l’annonce l’a concernant. Sachant que je « voue un culte » aux bouledogues anglais, que je suis une sorte de Brigitte Bardot (à un tout petit niveau) à vouloir sauver les animaux, il m’en a parlé. Pour moi, c’était tout vu : l’adoption directe.

A son arrivée à la maison, il a fallu « lui montrer patte blanche » pour qu’elle apprenne à nous connaître et nous faire confiance. Il a fallu démonter un à un ses peurs et phobies comme : la voiture, la forêt, les week-ends chez la famille, l’aspirateur, le balai, les promenades diverses et variées (peu importe le lieu), la nuit (six mois non-stop pour la rassurer, les nuits furent (très) courtes mais cela valait la peine pour elle) et j’en passe. A force de patience et de bienveillance à son égard, elle a réussi à refaire confiance aux humains (du moins, à nous sa nouvelle famille qui la désirions comme le messie, du moins, me concernant).

Elle est arrivée à la maison le 29 novembre 2013 quand elle avait trois ans, quatre mois et vingt-et-un jours. Cette année, cela fera sept ans qu’elle est arrivée dans sa maison et je bénis chaque jour qui passe. Chaque jour passé à ses côtés est un cadeau du ciel. Elle est d’une gentillesse inouïe et d’un amour inébranlable. Un vrai pot de colle de tendresse, une bouille ensorceleuse qui sait me charmer. Mon cœur fond comme neige au soleil face à elle, tellement je ne suis qu’amour pour elle.

 

Je recommande très fortement. N’hésitez pas à parler de ce livre autour de vous.

Tag(s) : #Chien, #Abandon, #Tristesse, #Desespoir
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :